Camares

Du samedi 22 au lundi 24 juin

Ce projet fut mené à bien par Joelle et Albert Turk, avec les conseils de nos amis Pontétient qui sont venus découvrir la région à plusieurs reprises, tout était près pour découvrir cette belle région du sud Aveyron.

 

   
 Anciennement appelée Cambérès, la cité fut édifiée sur un mont escarpé dont les vestiges constituent la ville haute. Ses fortifications furent détruites sur ordre de Richelieu. Construit au XI° siècle, le pont de Camarès subit les influences languedociennes et rouergates puis les Guerres de religion.
De part et d'autres du pont Neuf sur la rive droite, apparaissent encore les ruines en partie remaniées de l'usine de draps détruite par un incendie, le 1er juillet 1903 ainsi que la biscuiterie de Camarès spécialisés dans la fabrication de sablés pur beurre : biscotin et croquitos.

 
   
 
 C'est sur la base de loisir de Camarès en bordure de rivière un havre de paix que nos cyclotines et cyclotouristes se sont retrouvés pour un périple de 3 jours en Aveyron.
   
Le programme de la journée, Mon Seigneur Albert de Montaigut nous invita à visiter son château puis faire riplaille à Saint Afrique, nous enfourchons nos habits et montures de parade et nous voici fin prêt.  
   
 

 Le Château de Montaigut dresse ses hauts murs à Gissac, en Aveyron. Du haut d’une colline, il domine la vallée du Dourdou depuis plus de dix siècles ! ce qui n'est pas de bonne augure pour nos mollets!!!
Cette belle demeure seigneuriale est un témoin passionnant de l’époque médiévale. L’architecture du château sauvée par l’Association des Amis du Château de Montaigut est relativement austère, car au Moyen Âge, il avait comme but premier de défendre la région des attaques de seigneurs voisins.
   

C'est  une route à fort poucentage qui nous ammène au pied de la demeure de Monseigneur Albert de Montaigut.

 

 
   
 
 

Le château de Montaigut est agrandi et transformé au XVe siècle par la famille de Blanc. Puis au XVIIe siècle son système de défense est démantelé et le château est recouvert d'un toit en lauzes. Il sera restauré à plusieurs reprises avant de tomber en ruine.

L'association des Amis du château de Montaigut, qui devient propriétaire du lieu en 1968, entreprend une vaste opération de restauration. Le château sera définitivement sauvé en 1989.

   
 Les premières traces du château de Montaigut datent du Xe siècle. Édifié sur un éperon rocheux dominant la vallée du Dourdou de Camarès, le château est bâti sur une nécropole du haut Moyen Âge. Il défendait la ville de Saint-Affrique contre les attaques venues du sud. à la cime du donjon, une vue splendide s'offre à nous.  
   
 
 Le château présente de belles salles voûtées desservies par un escalier à vis, un cellier, une citerne taillée dans le roc, une salle des gardes avec sa prison, des chambres, des cuisines… On peut aussi y admirer des gypseries datant du XVIIe siècle. << Suite de la visite>>
   
 Pour faire ripaille à Saint affrique, il faudra continuer notre route qui se présente à nous!!!!!!!!!  
   
 
 Au pied du château, se trouve le hameau de Montaigut, où une sorte de musée une maison rurale. avec .......
   
.....une reconstitution d'un intérieur rural (cuisine et chambre) du début du XXe siècle avec animation audio-visuelle retraçant une journée dans une maison de Montaigut...  
   
  ... avec aussi une  exposition qui présente une activité pré-industrielle qui s'est exercée à Montaigut mais également en différents endroits du sud-Aveyron du XVIIe siècle jusqu'au début du XXe siècle.
   
 Après cette  belle visite maintenant direction Saint Affrique, il faudra toute notre énergie pour franchir le col au style du mont bouquet, ce qui nous ouvra l'appétit.  
   
 
  DUR DUR !!!!! après on fait ripaille.
   
 Nous voila bien installé pour faire une bonne pose, Albert va nous animer ce moment avec le serveur et la serveuse qui ont bien jouer leur role, moment de détente bien apprécier.  
   
Face à nous l’église qui lance sa flèche de 71 mètres vers le ciel A son emplacement se dressait la 4ème église de Saint-Affrique de style roman, avec son corps trapu, son clocher carré et son toit de lauzes.La première pierre est bénite par Mgr Bourret en la fête du Saint Rosaire, le 7 octobre 1894, en présence du curé Arnal et de la population saint-affricaine.
   
 

La statue de la Liberté est un autre monument incontournable de la ville depuis 1889. La première fut une reproduction de celle de Bartoldi en rade de New-York.Elle fut érigée à l’occasion du centenaire de la Révolution Française. Très vite elle devint le lieu privilégié de la célébration de cérémonies officielles mais aussi de foires et de marchés.En 1942 elle fut enlevée par l’état et envoyée à la fonderie. La cérémonie de la Libération fut organisée au pied de son socle vide sur lequel monta une jeune Saint-Affricaine afin de la remplacer le temps d’une Marseillaise.Aujourd’hui l’oeuvre du forgeron-sculpteur Debru la remplace, sur la même place.

 
   
La seconde moitié du XIXème siècle voit se dessiner le Saint-Affrique moderne : la ville est assainie (quais lavoirs, bornes-fontaines, construction de canaux d’irrigation), désenclavée (construction du pont du Centenaire), embellie (création du jardin public, construction du collège Saint Gabriel, du palais de justice, de l’Hôtel de Ville et de l’église) elle s’étend de part et d’autre de la rivière Sorgues.
   

Après la visite pour prendre le chemin du retour nous devons passer sur un des  cinq ponts sur la Sorgues  qui mérite d’être admiré pour leur architecture

Le Pont Vieux construit vers 1270, l’un des plus beau de France, fut classé monument historique le 12 juillet 1886.

La construction du Pont Neuf (dit pont de la Liberté)       Le Pont du Centenaire est construit en1889                      Le Pont du chemin de fer (1932) qui devait prolonger la voie ferrée vers Albi n’a jamais servi au transport ferroviaire, la voie Saint-Affrique-Albi n’ayant jamais été mise en service.                                                            Le Pont de la Résistance est construit en 1974                   

   

 

Sur notre retour nous admirerons les superbes paysages qui nous ferons oublier les dénivelés!!!
   

   
 Rien de mieux au retour qu'une bonne scéance d'étirement pour la récupération nos cyclotines en vrai proffessionnelle le font si bien!! afin de poursuivent leur périple de dimanche << La suite >>