Ventoux 2010

Dimanche 28 juin

Situé sur la dernière arête des Alpes près du Rhône, le Mont Ventoux est visible depuis presque partout en  Provence. Sa position isolée lui donne une figure gigantesque et dominante dans toutes les directions, vous ne trouverez pas de montagnes plus hautes que le Mont Ventoux d'où son surnom"Le Géant de Provence"

 

 
 Le village blotti au pied du versant sud du Ventoux, dont l’origine toponymique signifierait « Berceau de la vigne » offre d’abord au regard de celui qui s’y rend l’imposante façade de son église. Comme niché au creux de la main de la montagne, Bédoin et ses hameaux appartiennent au monde méditerranéen. Bédoin habité depuis fort longtemps comme le révèle les vestiges néolithiques à travers l’histoire de la Provence.
Le Mont Ventoux et Bédoin ont appartenu successivement aux Comtes de Toulouse, au Comtat Venaissin avec l’installation des Papes en Avignon et à la France lors du rattachement en 1791. Le 19 septembre 1264, le seigneur Barral des Baux, lègue moyennent une importante soulte, à ses sujets de Bédoin ainsi qu’à tous leurs enfants nés ou à naître, la montagne avec toutes les eaux qui en sortent ainsi que toutes les terres cultivées ou incultes. Pendant des décennies les habitants de Bédoin se sont réfugiés dans cette montagne pour échapper aux guerres et aux épidémies, d’où l’attachement profond des Bédoinais pour leur montagne.
   
 Bédoin est bâti au pied du Mont Ventoux.  Ce massif s’impose dans le paysage provençal,il culmine à 1912 mètres. Vu de loin, il paraît assoupi et rond. Ces pentes offrent une physionomie lunaire que parcourt le vent dès les dernières cîmes des arbres dépassées. Trompeur dans son relief, le Ventoux se révèle être une montagne de 1 600 mètres de dénivelé franchi en moins de 22 km de distance. Ces pentes oscillent entre 8 à 10 % du côté sud, voire 12 % .Les cyclistes en ont fait un véritable mythe. Ils sont nombreux à venir du monde entier “pour faire le Ventoux”. se sont 17 cyclos dont 2 féminines de cyclo Evasion qui cette année ont encore relevé le défi  
   
 
 Cette année deux départs furent organisés: les tortues partirent à 7h00 et les lièvres à 7h45, dans l'espoir de  tous se retrouver au sommet, car même si on l'a gravi à plusieurs reprises, on n'est jamais sûr d'atteindre son sommet une défaillance peut arriver à tout moment.......
   
 Le défi de Bernadette et Louis après l'avoir monté à plusieurs reprises en solo, tentent une première en tandem .....  
   
 
 Joëlle qui avait fait sa première en 2009 coté Malaucène reédite cette année par Bédoin la face mythique du Ventoux....
   
 Serge second sur la photographie et Henri le doyen du groupe sont les novices cette année, il faut faire attention, l'engouement des premiers coups de pédales se paye sur les derniers kilometres, ici ils comptent doubles.  
   
 
 La montée du ventoux par la face sud coté Bédoin commence réellement après avoir parcouru 5 km ,dès l'arrivée au virage de Saint Estève, le poucentage passe de 6 à 11 voir 12% et ne redescendra pas en dessous des 8 à 9 % sur les 10 km qui amènent au Chalet Reynard, ce qui veut dire 10 km à 10% de moyenne. Les 250 participants(es) vont constituer une chenille discontinue sur les 21 km, les Maillots de Cyclo Evasion ne passeront pas inaperçus par leur nombre.
   
 Au fur et à mesure que le compteur égrène les kilometres, le doute s'installe, c'est là que le mental fait la différence, dans cette épreuve rien ne doit être pris à la légère, avoir de l'entrainement,   l'effort laissant des traces sur l'organisme fait oublier, de s'alimenter, avoir les braquets adaptés pour avoir une bonne fréquence de pédalage, ici forcer ne sert à rien. il faut s'économiser au maximum et surtout écouter les conseils des anciens. l'euphorie des premiers kilometres font souvent des ravages.  
   
 
 pour  maitriser la montée il faut la connaitre sur le bout des doitgs, avoir ses repères, comme ce panneau publicitaire qui annonce le chalet Reynard , des chalets  annonceront les seuls 200m de plat dans cette ascension.
   
 De sa création en 1927 en tant que refuge d'accueil à nos jours, les automobilistes, cyclistes, randonneurs, skieurs, parapentistes apprécient suivant la saison les spécialités du CHALET REYNARD ( Gigot d'agneau à la broche, Omelette aux truffes etc.....) ainsi que la cheminée ou brûle le fayard du Ventoux.  
   
 
 Nous voici au 15ème kilomètre. Les plus durs, les 6 derniers kilomètres se feront au moral, après le chalet plus de végétation c'est le fameux secteur lunaire, là où la météo décidera si elle vous permettra de joindre le sommet  car ici le temps change très vite, le mistral peut atteindre plus de 150km/h le froid hivernal même en plein mois d'aout ou bien une fournaise à supprimer l'oxygène Nous pouvons voir la tour au sommet mais à chaque mètre parcouru nous avons l'impression que celle-ci recule : horrible mentalement et physiquement!
   
Sur la route sinueuse qui serpente entre les cailloux, on ne peut s'empêcher de penser aux échappées du Tour de France. On y rencontre beaucoup de cyclistes qui se mesurent à lui en grimpant sur ses flancs. Le Mont-Ventoux est le lieu mythique du tour de France, à la portée de (presque) tous ! > si on reste modeste et humble face à lui.
 
   
 
 La stèle de Tom Simpson  marque  une tragédie du  tour de France et indiquera le dernier kilomètre qui sélève à 10%
   
 En 1967, ce même 23 juillet, sur leTour de France, disparaissait devant les cameras, le coureur britannique Tom Simpson, terrassé par une crise cardiaque Personne n'a oublié ce terrible drame Tom Simpson trouva la mort sur les pentes du mont Ventoux lors de la 13e étape du Tour de France 1967. La fatigue, la chaleur étouffante (35 °C), l'effort, la privation d'eau (le ravitaillement en course sera autorisé dans les années suivantes), la prise d'amphétamines (Tonédron dont on retrouva plusieurs tubes dans les poches du maillot, qui repousse la prise de repos mais ne l'annule pas) et marginalement l'acceptation du cognac des spectateurs sont les facteurs qui ont provoqué le dépassement des capacités thermorégulatrices du corps, provoquant l'évanouissement. Il gît quarante minutes à même la caillasse avant de mourir dans l'hélicoptère pour Avignon
 
   
 
 Les deux derniers kilomètres d’ascension sont particulièrement difficiles. La pente repasse progressivement à 9% puis 10% après le col des Tempêtes situé à un kilomètre du sommet. Ce passage du col des Tempêtes peut être délicat par fort mistral. Les quelques 200 mètres précédant le tournant constituent un couloir où s'engouffre le vent. Le cycliste, jusque là protégé par le versant Nord, se retrouve brutalement exposé et ralenti, voir déstabilisé, dans sa course.
   
 
 
   
 
 

   
 
 
   
 
 
   
 
 
   
 
 
   
  Serge, Roland, Jacques manquent sur la photo ils ont réussi leur challenge.  L’arrivée au sommet est un véritable soulagement, une bonne occasion également d'échanger ses sensations avec les nombreux cyclistes de passage. La vue est imprenable sur la plaine provençale qui s’étend au Sud et sur les Alpes au Nord. Par temps clair, on peut apercevoir les sommets enneigés.Une fois de plus le maillot de Cyclo Evasion Saint Hilaire a flotté sur le géant de Provence
 
   La lenteur arrive souvent au but,tandis que la précipitation s'empêtre en chemin !!!!
 
 

   
 
 Le club a été récompensé une fois de plus pour être le second club le plus nombreux sur les pentes du ventoux
   
Maintenant place au réconfort et la convivialité
   
 
 
 Prochain rendez vous à Aurillac pour le Brevet Montagnard du Massif Central